Qu’est-ce que la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) ?

Le PNL, méthode de développement personnel

Partager cet article

La Programmation Neuro-Linguistique (ou PNL), est une méthode de développement personnel. Elle se base sur une observation comportementale des personnes considérées comme des modèles d’excellence en matière de communication, de savoir-faire et de succès. Ce dernier vise à améliorer les comportements de la population en reprenant les principes de ce modèle. Mais alors, comment atteindre ce schéma de perfection ? Qu’est-ce que c’est ? Quels sont ses bienfaits ? Et comment se passe une séance de PNL ? Découverte et explications. 

Sommaire

Programmation Neuro-Linguistique : définition

La Programmation Neuro-Linguistique est une thérapie brève utilisée de plus en plus par les psychothérapeutes. Cette dernière, étudie les humains dans leur environnement de sorte à analyser leurs schémas comportementaux. 

Tout d’abord, chaque individu grandit et évolue selon ses croyances, les valeurs et un conditionnement qui lui est propre. Ce tout peut être assimilé à une carte. La PNL utilise un ensemble de techniques de communication, et de transformation de soi afin que l’individu modifie sa perception, vis-à-vis de son environnement, et donc de cette carte. 

En définitive, elle change la vision d’une personne, et forme l’individu en suivant le schéma comportemental d’excellence. Cela permettra in fine, d’obtenir de celui-ci un potentiel de réussite quel que soit le domaine de la vie. 

Les principes de la méthode PNL

Le Programme neuro-linguistique base son travail sur le “comment faire pour que cela soit bénéfique” au lieu du “pourquoi cela ne marche pas ?” en lien avec nos comportements. En effet, elle s’appuie sur une grille d’observation, pour vérifier les comportements que l’on a, lorsqu’on communique. En second temps, elle vient modifier si nécessaire. 

 

Cette méthode est fondée sur trois principes, qui sont les trois composantes de l’expérience humaine : 



  • Programmation : renvoie à l’idée que nous sommes conditionnés selon notre système de croyances et de comportements. Sans s’en rendre compte, l’individu tout le long de sa vie va adapter ses réactions, et ses émotions positivement ou négativement selon un programme. Celui-ci est construit sur la base de ce qu’on lui a inculqué. 



  • Neuro : le terme “neuro” de l’acronyme PNL fait référence à notre système neurologique qui a pour fonction de réguler le fonctionnement de notre corps. Dans le cadre de la méthode, la neuro est le moyen pour encoder les programmes dans nos circuits neuronaux. 



  • Linguistique : comme le nom l’indique, on s’intéresse à la partie langage (verbal ou non verbal). En somme, cette partie-là traduit la représentation que l’on se fait de la réalité, notre manière d’interagir avec les autres. 

 

Ainsi, Robert Dilts, consultant américain travaillant dans le domaine de la PNL, reprend dans sa définition ces trois principes : [La PNL représente] comment les interactions entre la pensée (Neuro) et le langage (Linguistique) organisent le fonctionnement de notre corps et de nos comportements (Programmation) et les résultats que nous obtenons.”

Programmation Neuro-Linguistique : communication...

La Programmation Neuro-Linguistique est une boîte à outils dont la clé réside dans trois axes d’interventions :  la communication, l’apprentissage et le changement. Elle s’appuie sur ces trois éléments, et sur l’utilisation des cinq sens pour permettre de “mieux programmer” les individus et reproduire ses propres modèles de perfection. 

Comment fonctionne les trois axes d’interventions ? 

  • Programmation Neuro-Linguistique Communication : celle-ci est l’élément central de cette méthode. Les personnes ayant un excellent sens de la communication ont un pouvoir sur eux-mêmes, car ils se donnent toutes les chances d’atteindre leurs objectifs fixés. De plus, si l’impact sur soi est positif, alors cela aura également un effet positif sur les autres. Cela se traduit par le développement de relations de confiance avec plus de personnes, de métiers et de cultures, in fine cela amène plus facilement vers la réussite de ses objectifs. 
  • L’apprentissage : celui-ci est un élément sans cesse réactualisé. Nous vivons tous dans des environnements instables pour lesquels il faut sans cesse acquérir de nouvelles ressources et de nouveaux apprentissages. Le PNL c’est aussi, apprendre à adapter notre propre structure d’excellence en fonction de la situation, ou apprendre à modéliser le schéma de perfection des personnes qui nous entourent. Concrètement, c’est lorsque l’on identifie chez les autres, les facteurs clés de succès d’un savoir-faire/savoir-être pour l’adapter à son environnement et à sa personne. Mais aussi, développer de nouvelles compétences, modéliser les performances etc. 
  • Le changement : Cela correspond à la définition d’un nouvel équilibre en fonction des exigences externes et internes. C’est en permanence un arbitrage entre les événements extérieurs comme les contraintes de l’environnement, et en interne avec les valeurs, missions et visions que l’on possède. Le PNL considère que si l’équilibre est respecté et stable, alors, il est propice à une plus grande performance et énergie. À titre d’exemple, cela correspond à la résolution des conflits internes ou interpersonnels, agir selon ses principes et ses valeurs, etc. 

À savoir, que ces différents champs d’applications correspondent aux domaines d’excellence de la PNL et sont adaptés en fonction des situations personnelles ou professionnelles. Dans le monde organisationnel d’aujourd’hui, les collaborateurs possèdent beaucoup de savoir-faire mais peu de compétences relationnelles. C’est pourquoi cette méthode se propose d’intervenir par le biais de ces trois champs d’applications, pour mettre en place un programme adapté au changement individuel et organisationnel. 

Les bienfaits

La Programmation Neuro-Linguistique est une méthode alternative, qui ne doit pas être pratiquée seule. Il est important de veiller à être accompagné, par un professionnel agréé qui détient toutes les compétences pour vous assister dans ce travail de développement personnel. 

 

Le PNL est adapté pour des problématiques précises, dont l’objectif est atteignable et ciblé. Particulièrement, efficace pour les problèmes de développement personnel, il existe plusieurs bienfaits qui sont constatés malgré le peu d’études attestant de son efficacité, en voici quelques-uns :  



  • Répondre à des problèmes ponctuels : rupture, deuil, préparer un examen, résoudre un blocage précis, sortir d’une série d’échecs, ou bien préparer une prise de parole en public ; 



  • Affronter problèmes de santés, somatisations, troubles de crises d’identité ou pour améliorer sa confiance en soi, c’est aussi se sentir plus à l’aise en société ;



  • Progrès en matière de qualité de vie et de difficultés psychologiques : cette méthode est utilisée beaucoup comme thérapie brève dans le cadre de séances de psychothérapie. Elle se veut efficace dans la diminution des symptômes cliniques sur des problématiques psychologiques, en agissant sur l’apprentissage de la communication, la gestion de conflits, des émotions, des ressources et de la confiance en soi. Ainsi, elle améliore le bien-être des personnes atteintes de difficultés psychologiques ; 



  • Réduction de l’anxiété : dans le début des années 90, une étude a été menée. Certaines techniques utilisées montraient leur efficacité en matière de traitement de l’anxiété et gestion de contrôle de la situation ;



  • Traitement des phobies : en 2008, dans une étude réalisée, les participants voyaient leurs symptômes phobiques diminués. La PNL en permettant une modification des schémas cognitifs et comportementaux, elle génère des réponses adaptées à la situation ; 



  • Relation mère-enfant : elle agit positivement sur l’environnement domicile, ce qui permet d’obtenir des résultats sur les relations mère-enfant ; 



  • Programme Neuro-Linguistique et claustrophobie : le passage à l’IRM dans le cadre d’une étude prospective, a échoué pour un grand nombre de patients. La PNL a amélioré à 76% cet état d’anxiété lié à la claustrophobie. Ce pourcentage a réussi in fine à passer l’IRM après avoir suivi des séances de PNL. 

Programmation Neuro-Linguistique : formation

Pour devenir praticien PNL, il est important d’avoir un sens de l’écoute et de l’observation, une ouverture d’esprit car le jugement n’est pas permis dans cette pratique.  Il est nécessaire d’avoir également une bonne capacité d’analyse et de synthèse. 

Il existe plusieurs niveaux de qualifications, qui fonctionnent par cycle en école de formation : 

  • Cycle praticien en PNL : il dure environ trois semaines ; 
  • Cycle Maître-praticien en PNL :  plutôt un mois ; 
  • Et enfin, cycle enseignant en PNL : ici, on parle de trois ans.

Programmation Neuro-Linguistique : valeur ajoutée ? 

La formation “gratuite” de Programmation Neuro-Linguistique peut être possible au sens que certains milieux professionnels peuvent prendre en charge le coût de celle-ci. En effet, il est parfois utile de compléter son domaine de compétences professionnels avec la méthode PNL, notamment pour : 

  • Les métiers qui demandent un travail d’accompagnement (recrutement, bilan de compétences, orientation professionnelle, coach, méditation…) ;  
  • Dans les fonctions opérationnelles d’une organisation : Ressources Humaines, management, responsables de projets… 
  • Dans l’éducation : formateurs, enseignants, éducateurs et animateurs ; 
  • Puis enfin, les professions médicales : médecins, infirmiers-es, etc.

Sans cette prise en charge, il faut prévoir environ 180€ par journée de formation. À savoir, qu’à la fin des deux premiers cycles, on délivre une certification de l’école puis à la fin de la troisième de cycle, il est demandé de soutenir un mémoire devant un jury professionnel.

Comment se passe une séance ?

Comme beaucoup de séances liées aux méthodes douces, celle-ci est structurée selon plusieurs étapes : 

  • Définition des objectifs : avant de commencer le travail de fonds, le praticien PNL et le consultant définissent les objectifs précis à résoudre. Le thérapeute aide le patient à éclaircir ses problématiques à l’aide de questions qui sont orientées davantage solutions, que causes de la situation. Comme précédemment énoncé, on s’intéresse au comment plutôt qu’au pourquoi ; 
  • Observation : le thérapeute va analyser son patient, afin de savoir quel système sensoriel va être utilisé. Chaque individu fonctionne selon ses propres modes de communication : plutôt visuel, auditif ou bien par ses émotions. Selon, la méthode choisie, la création du filtre et l’interprétation des événements sont différentes. Il est donc nécessaire de s’adapter aux différents patients.  Cette étape est importante pour la suite du travail, puisque cela va permettre de guider la personne dans l’analyse de ses comportements, pour mieux les comprendre et les modifier si nécessaire ; 
  • Travail de modélisation : cette étape consiste à s’appuyer sur la mobilisation des ressources de notre inconscient par un travail de modélisation. Celui-ci définit ce qui doit être systématiquement dans nos expériences pour l’utiliser afin d’acquérir les compétences nécessaires pour atteindre les résultats souhaités. Concrètement, le patient va devoir renouer avec sa performance (créativité et capacité à s’adapter aux changements de situations). Il va ainsi détecter ses forces et ses faiblesses pour se construire une boîte à outils, dans laquelle il puisera face à des situations difficiles. Ce travail se fait par le biais de techniques de PNL. 

Entre chaque séance, il est important de réaliser les exercices donnés par le thérapeute pour continuer ce travail, et obtenir des résultats qui seront durables. 

Découvrez les stages et formations en PNL

D’où vient cette pratique ?

La PNL voit le jour en 1972 par John Grinder, professeur de linguistique et Richard Bandler, mathématicien et psychothérapeute. C’est en observant des personnes ayant toutes un schéma de succès dans leur domaine, qu’ils ont perçu les comportements communs à celles-ci permettant d’arriver à cette excellence.

Mais qui sont ces modèles d’excellence ? 

Ils ont puisé ces comportements communs chez trois psychothérapeutes d’exception

  • Milton Erickson : psychiatre et psychologue américain. Il est le fondateur de l’hypnose éricksonienne, et a joué un rôle dans la création des modèles linguistiques ; 
  • Fritz Perls : psychiatre et psychothérapeute allemand. Ce dernier est à l’origine de gestalt-thérapie, qui a pour but d’analyser l’expérience dans l’instant présent et la responsabilité personnelle de l’individu ; 
  • Virginia Satir : psychothérapeute américaine. Elle est connue pour sa vision sur la thérapie familiale et la création de l’École de Palo Alto, avec l’aide de l’équipe du Mental Research Institut (MRI). 

Quelle évolution pour la PNL ? 

Le champ d’étude de la PNL a évolué en permanence depuis sa création jusqu’à aujourd’hui : 

  • Le PNL à sa création :  la résolution de problèmes comportementaux et des capacités étaient ses domaines d’interventions à sa création. Il devait être utilisé uniquement dans le cadre thérapeutique
  • C’est à partir des années 80, que la PNL connaît une certaine évolution vers d’autres domaines d’applications comme : la négociation, la vente, l’éducation etc. Les techniques utilisées étaient davantage orientées : résolution de problèmes au niveau des valeurs et croyances. Finalement c’était la relation entre soi et les autres qui était visée ; 
  • Puis, depuis les années 90, avec l’apparition de Robert Dilts et Judith DeLozier l’application de la PNL concerne les niveaux d’identité, vision et de mission. Elle analyse les individus comme un système, pour lequel il faut l’améliorer en passant par l’individu, les groupes et les organisations. 

Si on s’intéresse à la potentielle quatrième axe d’évolution, elle serait davantage orientée relationnel en raison des enjeux de savoir-être au sein des organisations.

Les derniers articles sur la Programmation Neuro-Linguistique

Découvrir d'autres articles