Qu’est-ce que l’Hypnose ?

L'hypnose, définition pratique et bienfaits

Partager cet article

L’Hypnose est un état de sommeil éveillé où la personne hypnotisée semble inconsciente. Souvent assimilé à un grand nombre de stéréotypes comme par exemple : “C’est le thérapeute qui fait tout le travail” ; “De toute façon tout le monde peut être hypnotisé » ; “hypnotiseur ou hypnothérapeute c’est la même chose” ; “c’est un truc de charlatan”. Vous aussi vous avez déjà pensé à une de ces phrases ? Mais alors qu’est-ce que l’hypnose ? Quels sont ses bienfaits ? Déroulement, tarifs et durée d’une séance. On répond à tout. 

Sommaire

Hypnose : définition

L’hypnose fait partie intégrante de notre vie et on la pratique au quotidien sans s’en rendre compte. Mais comment ? Cela ne vous est-il jamais arrivé de rêvasser lors d’une lecture captivante ? De fixer un point, une image (des vagues par exemple) ? De perdre la notion du temps au volant de la voiture ? L’hypnose correspond à cet état naturel parmi lequel l’individu entre dans un état de veille et de sommeil. 

 

La définition de l’hypnose au sens stricte du terme est la suivante : c’est une thérapie qui vient du mot grec “hupnoein” signifiant endormir. En somme, c’est un état modifié de conscience (EMC) ou autrement appelé “état second”, parmi lequel l’attention de l’individu est diminuée pour atteindre plus facilement l’inconscient. 

 

C’est pendant cette phase d’inconscient, que l’hypnothérapeute peut guider le patient pour soulager certaines douleurs, gérer des troubles anxieux, ou changer un comportement vis-à-vis d’une dépendance, par exemple, grâce à une vision des choses qui est différente. 

 

Quelle est la différence entre hypnotiseur et hypnothérapeute

 

Il ne faut pas confondre les deux termes qui désignent un contexte et une pratique radicalement différente. En effet, l’hypnotiseur est utilisé pour présenter le travail d’une personne qui a le savoir pour provoquer un état d’hypnose. Ainsi, on retrouve ce dernier dans le domaine du spectacle. Tandis que, l’hypnothérapeute est un spécialiste qui utilise cette thérapie pour soigner et guider son patient vers le bien-être. On le retrouve ainsi dans le domaine de la santé

La thérapie par l’Hypnose : comment se passe une séance ?

Comme beaucoup de pratique en médecine douce, la thérapie par l’Hypnose répond à un protocole qui varie d’un praticien à l’autre et selon le type d’hypnothérapie utilisé. Néanmoins, on retrouve plusieurs grandes étapes : 

  • Échange patient/praticien : en début de séance l’hypnothérapeute va questionner le patient pour construire un lien de collaboration autrement désigné comme “l’alliance thérapeutique”. Ce moment d’échange favorise dans un premier temps la confiance, puis dans un second temps permet de créer une base de travail. Le praticien va pouvoir déterminer les raisons de la venue du consultant, ses besoins et déterminer l’objectif à atteindre ; 
  • La phase d’induction : celle-ci est une technique de relaxation qui consiste à aider une personne à entrer dans une focalisation intérieure autrement appelée “transe légère”. L’objectif de l’induction est de canaliser la vigilance du patient afin de favoriser son lâcher-prise. C’est alors que l’on atteint l’État Modifié de Conscience.  Cette étape varie en fonction du type d’hypnose utilisé et du patient ; 
  • La phase de travail : dans cette étape on rentre dans le cœur de la séance. Le but est d’utiliser des images, des métaphores pour proposer petit à petit au patient de commencer à modifier la façon dont il perçoit ses maux. En somme, l’hypnothérapeute va le guider pour qu’il rentre dans un état de “dissociation” ou de “transe”. Ce travail permet de développer chez le patient les ressources internes qui sont essentielles pour guérir ses maux. Contrairement aux idées prédéfinies, le thérapeute n’est pas le seul qui travaille, bien au contraire, il a juste le rôle de guide, pour solliciter le patient et faire changer sa perception sur ses douleurs, phobies… ;
  • Le retour à l’état de conscience ordinaire : la séance se termine par un retour à l’environnement. Le but est de retrouver un état de conscience ordinaire, autrement désigné comme une transition vers l’éveil
  • Ressenties sur la séance : avant de partir, un échange entre le patient et le praticien est à nouveau favoriser, pour connaître les ressenties lors de la séance, mais aussi pour faire le point sur les objectifs atteints. 

La thérapie par l’hypnose nécessite plusieurs séances en moyenne une dizaine et beaucoup considèrent que c’est à partir de la quatrième séance que les résultats sont constatés. Néanmoins, cette dernière est considérée comme une thérapie brève, c’est pourquoi, le nombre de séances ne dépasse pas une dizaine.  La durée oscille entre 50 à 60 minutes selon le besoin du patient. Le prix d’une séance est de l’ordre de 55 à 100 euros selon si on se trouve en métropole ou hors métropole. À la fin de la réalisation de cette pratique, il est possible de ressentir une grande fatigue, liée à l’état de relaxation provoqué pendant la séance. 

Il est important de savoir que l’Hypnose n’est pas possible pour tout le monde. Les personnes ayant des difficultés pour faire appel à leur imagination ne pourront pas bénéficier des bienfaits de la thérapie. Une information souvent fausse est répandue au sujet des personnes qui ont tendance à être dans l’hyper-contrôle. En effet, malgré les idées reçues ils peuvent très bien essayer l’hypnose, cela nécessite simplement un temps plus important pour arriver aux objectifs fixés. Quant aux individus souffrant de maladies psychiatriques, peuvent y avoir recours, à condition que l’hypnothérapeute dispose d’une formation adaptée.

Le remboursement de cette thérapie peut être possible, si l’hypnothérapie est réalisée par un psychiatre ou tout autre médecin agréé. Certaines mutuelles proposent sur option une prise en compte de cette médecine douce. 

Hypnose : angoisse, perte de poids ... ses bienfaits

Il est important de souligner que l’Hypnose n’est pas une thérapie complète et elle doit en aucun cas être substituer à un traitement allopathique ou traditionnel. L’hypnothérapie doit être réalisée par un professionnel. En complément, celle-ci est reconnue pour son efficacité. Elle a été validée en 2015 par l’Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). 

 

De nombreuses problématiques ont fait l’objet d’études scientifiques telles que : 



  • L’hypnose pour arrêter de fumer : 6 mois après une séance, le taux d’abandon du tabagisme oscillait entre 30 et 40%. L’hypnothérapie va agir sur la dépendance psychologique en substituant d’autres comportements. Le praticien va proposer des suggestions de sorte à associer le tabac aux nausées par exemple ; 



  • L’hypnose contre l’angoisse et le stress : le principe est toujours le même, l’hypnothérapeute va changer la perception quant à la cause sous-jacente du stress. Celui-ci apparaît chez un individu dès lors qu’il anticipe une situation avec des conséquences négatives. L’hypnothérapie va venir agir sur cette anticipation et va apprendre à l’individu des techniques de relaxation comme l’auto-hypnose



  • L’hypnose pour perdre du poids : il est utile contre l’obésité. En effet, l’état modifié de conscience permet de changer les habitudes alimentaires à l’origine des problèmes de poids ; 



  • L’Hypnose et la confiance en soi : en modifiant la perception que l’on a de soi ou de son image corporelle, l’individu se voit prendre conscience en soi ; 



  • L’Hypnose contre les douleurs : pendant une séance d’hypnothérapie, la phase hypnotique entraîne une production d’endorphine importante. Ces dernières sont des antalgiques naturels, permettant même la diminution des traitements médicamenteux. Ainsi, cela peut être efficace contre le mal de dos, les migraines etc. L’utilisation de cette méthode dans les services de chirurgie est de plus en plus récurrente ; 



  • L’Hypnose pour dormir : le stress et l’anxiété sont responsables de nombreux troubles comme celui du sommeil par exemple. En agissant sur ces derniers, l’hypnothérapie permet d’agir efficacement contre les troubles du sommeil ; 



  • Facilite l’état de grossesse et le travail d’accouchement : en agissant sur l’anxiété, la grossesse peut être mieux vécue. L’hypnothérapie permet de créer un climat de confiance favorable au travail et à l’accouchement, mais aussi cela peut être une aide pour tomber enceinte ; 



  • Agit contre le syndrome de l’intestin irritable : cette thérapie est également efficace contre les douleurs abdominales ou encore la distension abdominale.

Les différents types

Il existe différents types d’hypnothérapie. Ces diverses méthodes vont être choisi en fonction de la portée thérapeutique : 



  • L’Hypnosédation : destinée pour les anesthésies 
  • L’Hypnoanalgésie : utilisée pour soigner les douleurs 
  • L’Hypnothérapie : choisie dans le cadre de la psychothérapeutie

 

Au-delà de leur application médicale, il existe plusieurs manières de pratiquer l’hypnose : 



  • L’Hypnose classique : c’est la forme la plus courante. Elle utilise des suggestions dites “directes” qui sont les mêmes pour tout type de problématiques et d’objectifs. C’est une forme autoritaire et directe qui est reconnue pour son efficacité contre les problèmes comportementaux tel que les phobies par exemple ; 



  • L’Hypnose Ericksonienne : développée au milieu du XXème siècle par le psychologue et psychiatre Milton Erickson, cette méthode ne fonctionne pas exactement sur les mêmes principes que la première. En effet, elle utilise plusieurs techniques de communication pour induire un échange entre l’inconscient et le conscient. On retrouve : l’activation de rêves, des suggestions indirectes ou composées, des métaphores, du recadrage ou encore des altérations sensorielles. Le principe de base de cette technique est de se concentrer sur la créativité de l’inconscient ; 



  • L’Hypnose humaniste : le travail de l’hypnothérapeute se limite au seul fait de guider l’individu vers son inconscient ou sa conscience supérieure dans le but de comprendre lui-même ses maux ; 



  • La nouvelle Hypnose  : celle-ci utilise à la fois des éléments de la méthode Ericksonienne, classique et de la PNL (Programme Neuro Linguistique). Cette technique a été fondée en 1979 par Daniel Azaoz ; 



  • Hypnose de spectacle : cette technique est source de confusion avec l’hypnothérapie au sens médical/thérapeutique du terme. Celle-ci est utilisée dans le cadre de spectacle.

L’auto-hypnose : est-elle possible ?

Il est récurrent qu’au terme des séances d’hypnose prévues, l’hypnothérapeute forme l’individu à l’auto-hypnose. Ceci vise à pratiquer seul, en totale autonomie, de manière quotidienne et avec une durée relativement courte cette technique. Le but est d’atteindre seul un état modifié de conscience. Cela permet de bénéficier des bienfaits de cette méthode sans avoir recours à des consultations

 

Contrairement aux séances en cabinet, celle-ci permet de gérer les maux du quotidien en fonction de ses besoins. Particulièrement utile en cas d’apparition de stress, de maux de tête ou bien de douleurs… Mais comment ça marche ? Il suffit que le patient fixe un point ou des traces mentales comme des souvenirs rassurants par exemple. L’objectif est de centrer son esprit sur une ressource sécurisante. Il peut être pertinent de recourir à cette méthode, car au-delà des bienfaits de l’hypnose (gestion du stress, arrêt du tabac, gestion des phobies etc.) ce dernier induit des pensées positives qui à leurs tours créent de l’adrénaline et renforcent le système immunitaire. Cela peut durer de quelques minutes à une trentaine de minutes. 

 

Néanmoins, il est important qu’avant de pratiquer l’auto-hypnose d’être formé par un spécialiste. Cette méthode ne doit pas substituer un traitement traditionnel prescrit par un médecin agréé.

Formation d’Hypnose : comment ça marche ?

Comme la majorité des thérapies douces, l’Hypnose est une pratique non réglementée en France. C’est pourquoi il n’existe pas de formations officielles. Elles peuvent durer de quelques heures à plusieurs semaines. Il est important qu’avant de choisir son praticien de veiller à ce que ce dernier soit agréé par une autre discipline telle que : psychiatre, kinésithérapeute, psychologue ou médecin. Cela permet de s’assurer que la personne respecte les règles de déontologie et qu’elle possède une formation officielle dans le médical. 

 

Les formations d’Hypnose peuvent être enseignées en Université comme par des associations ou organismes privées : 

  • L’Institut français d’hypnose est un centre de formation des professionnels de la santé qui permettent de donner le titre d’hypnothérapeute ; 
  • Des instituts privés comme la confédération francophone d’hypnose et de thérapies brèves le proposent ; 
  • L’IFHE ou l’ARCHE sont des écoles privées mais qui sont reconnues en France. 

 

Découvrez les stages et formations en Hypnose

D’où vient cette pratique ?

Le terme d’Hypnose est souvent lié à tort à James Braid qui était un médecin écossais. En effet, beaucoup dénoncent l’apparition de ce terme en 1843 par ce dernier. Or, c’est Étienne Felix d’Hénin de Cuvillers qui a utilisé pour la première fois le préfixe “hypn”. C’est néanmoins, à partir de la fin du XVIIIème siècle que cette thérapie comme on l’a connaît aujourd’hui est développée par Franz Anton Mesmer. Il utilisait dans un premier temps la magnétothérapie. Celle-ci avait pour but de poser des aimants sur le corps du patient pour guérir les maux. C’est alors qu’il met en lumière les principes de l’Hypnose telles que : la suggestion, l’imaginaire et l’état modifié de conscience. 

 

Il faut attendre la seconde moitié du XXème siècle pour que le psychiatre Milton Erickson donne une autre vision de la pratique. Puis en 1990, la science reconnaît l’état hypnotique grâce à des résultats de tests qui montrent une activité cérébrale spécifique en dehors de la veille, de la somnolence ou de la distraction. 

Les derniers articles sur l'Hypnose

Découvrir d'autres articles