Naturopathie : définitions, principes, bienfaits et déroulement d’une consultation

Naturopathie, méthode douce avec moyens naturels

Partager cet article

Share on facebook
Share on whatsapp
Share on linkedin
Share on email
Share on pinterest

Suivie de la médecine traditionnelle chinoise et ayurvédique, la Naturopathie est reconnue par l’OMS comme la 3ème médecine traditionnelle mondiale. Considérée comme une médecine holistique, elle prend en compte tous les aspects d’une personne. Elle ne s’attarde donc pas à guérir les symptômes mais les causes de ces derniers.  Elle utilise des moyens dits naturels pour rééquilibrer le fonctionnement de l’organisme. Celle-ci est réputée pour ses bienfaits tels que : la Naturopathie contre la perte de poids, contre l’arthrose ou encore une aide à l’arrêt du tabac

Sommaire



Définition de la Naturopathie

L’OMS définit la Naturopathie comme “un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques.” Si on s’en tient à la philosophie de cette pratique, elle repose sur le vitalisme autrement dit, on considère que le vivant n’est pas réductible aux lois psycho-chimiques. Par conséquent, l’humain est étudié dans son intégralité, il fonctionne comme un tout. 

La Naturopathie va au-delà d’une philosophie ou d’un ensemble de méthodes. En effet, son objectif est d’atteindre un capital santé. Cela suppose un “état complet de bien-être physique, mental et social” selon la définition du terme “santé” établie par l’OMS. 

De ce constat cette thérapie intervient sur tous les aspects d’une personne que ce soit au niveau physique, psychique, psychologique, énergétique, émotionnel, et autres. En effet, elle fait partie de ce qu’on appelle les approches holistiques. Celle-ci consiste à étudier la personne dans sa globalité, plutôt que s’arrêter à l’idée que l’être humain n’est qu’un corps composé d’organes avec des symptômes qui sont à l’origine de la maladie.

Les principes de la Naturopathie :

Hippocrate de Cos, médecin grec qui est considéré comme le père de la médecine a énoncé plusieurs principes sur lesquels un grand nombre de thérapies se basent. Ainsi, la Naturopathie s’appuie sur celles-ci : 

  • Ne pas nuire : le rôle du naturopathe s’arrête à l’observation et l’accompagnement des symptômes. Il ne s’agit pas d’intervenir dans le processus d’auto-guérison.
  • Le pouvoir de guérison de la nature : chacun d’entre nous, trouve en lui une capacité d’auto-guérison qui permet d’arriver seul, à un bon état de santé. Le rôle du naturopathe est seulement de guider l’individu vers ce bien-être global, en déterminant les obstacles qui s’y opposent ; 
  • Découvrir et traiter la cause : cette méthode n’intervient pas sur les symptômes comme dit précédemment mais sur les causes de ces derniers. C’est sur celle-ci que l’on va travailler pour rétablir l’équilibre naturel ;
  • Enseigner : le naturopathe intervient comme un conseiller de santé. C’est-à-dire qu’il va enseigner les bons réflexes en termes d’hygiène de vie dans tous les domaines de la vie (physique, mental, émotionnel et spirituel) ; 
  • Harmonie : l’Homme et la nature doivent vivre en harmonie car les lois de la nature sont au-dessus de tout ; 
  • Tout déséquilibre entraîne des maux de l’organisme ; 

L’Homme est considéré comme une entité indivisible : le mental, l’émotionnel et le physique sont interdépendants ;

Les pratiques associées à la Naturopathie

Regroupant un ensemble de méthodes, la Naturopathie utilise un grand nombre de pratiques. Elles sont utilisées soit pour établir le bilan de santé, soit pour agir directement sur l’équilibre de l’organisme. On y retrouve :

  • Le yoga : ensemble d’exercices et de postures pour libérer les chakras, permettant l’alignement du corps et de l’esprit ; 
  • L’ostéopathie : méthode de soins utilisant la manipulation des os pour rétablir le bon équilibre du corps ; 
  • La chiropractie : technique basée sur des manipulations vertébrales pour libérer les nerfs et traiter les troubles musculo-tendineux ou organiques ; 
  • La sophrologie : combinaison d’exercices de respiration, de décontraction musculaire et de visualisation agissant sur le corps et l’esprit. ; 
  • Les techniques liées à la bioénergétique
  • Les techniques de respiration
  • Les méthodes de massages et de réflexologie
  • La phytothérapie : médecine traditionnelle basée sur l’utilisation des plantes pour prévenir ou soigner certains maux ;
  • L’iridologie : technique visant à étudier la partie colorée de l’œil (l’iris) pour déterminer l’état de santé global d’une personne ; 
  • La psychophysiologie : étude des rapports entre l’activité physiologique et le psychisme ; 
  • La nutrithérapie : utilisation des nutriments contenus dans les aliments pour soigner certaines problématiques ; 
  • L’hydrothérapie : techniques qui utilisent l’eau à des fins thérapeutiques quel que soit le type d’eau (de mer, de source minérale ou même du robinet), sa température ou sa forme (liquide, gazeuse) ; 
  • La musicothérapie : type d’art-thérapie, c’est l’utilisation de la musique et de toutes ses composantes, sous toutes ses formes pour traiter les maux physiques, psychiques ou psychologiques ; 
  • L’hygiène naturelle

À savoir, que l’ensemble de ces techniques ne sont pas utilisées systématiquement sur une personne. Certaines peuvent être cumulées, le naturopathe choisit les méthodes en fonction de l’entretien et des besoins du consultant. 

Naturopathie : formations

La Naturopathie n’a pas de réglementation officielle, c’est pour cette raison que la FENA (Fédération Française de Naturopathie) “ […] s’assure que les étudiants/stagiaires des écoles agréées disposent d’une formation solide et sérieuse pour être parfaitement formés à la réalité de leurs futures exigences professionnelles.” (Site de la FENA)

Néanmoins, la formation d’un naturopathe varie d’un pays à l’autre mais comprend des cours communs : 

  • De sciences médicales : anatomie, biologie…
  • De médecine clinique : diagnostics, laboratoire, principes naturopathiques…
  • et de techniques spécialisées : médecine chinoise, homéopathie, etc. 

À savoir, qu’en Allemagne la formation en Naturopathie est déjà intégrée dans celle des médecins et pharmaciens. 

Comme pour nous en France, certains pays ne réglementent pas la pratique. Ainsi, les écoles proposent des cours à la carte, ce qui a pour conséquence de former des naturopathes plus ou moins bien. 

Choisir un bon naturopathe c’est d’abord s’assurer qu’il soit diplômé par des formations reconnues. La FENA oriente les patients qui sont à la recherche d’un praticien. 

Un naturopathe est reconnu comme médecin dans les pays où la pratique est réglementée. Pour les autres, ils sont considérés comme des conseillers de santé. Néanmoins, il est tenu au secret professionnel comme n’importe quelle autre profession liée à la santé. 

Les bienfaits de la Naturopathie :

La Naturopathie n’est pas un traitement complet, elle vient en complément d’un traitement allopathique. En aucun cas, celle-ci doit se substituer à un traitement prescrit par votre médecin traditionnel.  Le choix du naturopathe est très important, il faut veiller à ce que ce dernier soit reconnu par la FENA. 

Si la Naturopathie ne remplace aucun traitement, cette dernière est connue pour ses bienfaits : 

  • Naturopathie contre la perte de poids : grâce à un bilan réalisé sur le patient, le naturopathe va être en capacité de proposer de nombreux conseils (alimentations, physique…) et solutions pour changer ou du moins modifier son hygiène de vie ; 
  • Lutter contre l’arthrose : ce phénomène est très souvent lié au mode de vie de l’individu. L’alimentation permet d’agir sur l’inflammation ou la qualité de vie des personnes concernées par l’arthrose ; 
  • Arrêt du tabac : une des pratiques de la Naturopathie est l’usage des plantes. Certaines d’entre elles permettent d’agir contre la dépendance des fumeurs vis-à-vis de la nicotine, ou des symptômes du sevrage tels que : la fatigue, la dépression… 
  • Syndrôme prémenstruel : la Naturopathie peut être un moyen pour soulager les douleurs pré menstruelles (telles que les crampes au niveau de la zone utérine par exemple). La modification de son alimentation avant et pendant la période menstruelle va permettre d’éviter le risque d’inflammation notamment. 
  • Système immunitaire et allergies : ces deux éléments sont liés. Lorsque le système immunitaire est affaibli c’est alors que notre corps est sensible aux allergies. L’utilisation de plantes et une modification de notre régime alimentaire peuvent être bénéfiques pour le renforcer. 
  • Puis bien d’autres pathologies : maux de tête, problèmes de fertilité, troubles digestifs, déséquilibres hormonaux, douleurs/fatigues chroniques… 

Néanmoins, il existe certaines contre-indications à prendre en compte avant de la pratiquer. Selon la personne voulant essayer cette thérapie cela peut être dangereux. Les femmes enceintes notamment ne peuvent pas prendre toutes les huiles essentielles. De même pour les personnes ayant des intestins fragiles, les enfants ou bébés. De plus, il faut garder à l’esprit que son efficacité décroît avec l’âge. Il faut intervenir dès le plus jeune âge sur l’apparition de dérèglements qui persistent. 

Comment se déroule une séance de Naturopathie ?

Afin d’obtenir des résultats significatifs, la Naturopathie demande de recourir à plusieurs séances. Les techniques utilisées varient d’un naturopathe à l’autre. Néanmoins, on y retrouve plusieurs étapes communes à tous les praticiens :  

  • Bilan de santé du consultant : la première séance commence toujours par un entretien approfondi. À l’aide d’un questionnaire (ou une anamnèse), le naturopathe détermine les besoins, les attentes, les antécédents, l’hygiène de vie, les maladies de celui-ci. L’objectif de cette étape est de prendre connaissance de l’état de la personne
  • Bilan de vitalité : dans cette étape on s’intéresse au flux d’énergie vitale du consultant. Le naturopathe peut utiliser des méthodes réflexogènes (ensemble de techniques stimulant l’énergie vitale du corps), l’observation de la personne et son tempérament. In fine, cela permet de connaitre la vitalité disponible
  • Programme adapté d’hygiène de vie : une fois avoir pris connaissance de tous les éléments qui peuvent être la cause du mal-être du consultant, le naturopathe propose un programme personnalisé en matière d’hygiène de vie. Celui-ci repose sur trois points. 
  • L’alimentation : un des piliers de la Naturopathie est l’usage de l’alimentation comme levier d’action. Ainsi, le praticien donne une liste d’aliments à privilégier tels que : des produits d’origine biologique, peu acidifiants (exemple : légumes, légumineuses, mélange de céréales, algues riches en minéraux, huiles sources d’omégas 3) et à l’inverse les aliments à éviter comme les viandes rouges, les produits laitiers, le sucre etc. 
  • La pratique d’un exercice physique : la pratique d’un sport est source de bien-être puisqu’il agit sur nos organes digestifs, sur notre renforcement musculaire et articulaire, l’oxygénation du cerveau, sur le plan émotionnel et spirituel… 
  • La gestion du stress : il est important d’agir sur ce point car un lien a été établi entre systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire. Une trop grande quantité de stress peut être nocif pour l’état de santé global d’une personne. Il est la cause d’une consommation extrême de vitamine B ou de magnésium, une baisse importante de la sérotonine qui est un neurotransmetteur favorisant le sommeil, une chute de l’immunité etc. 

Ainsi, il faut prévoir entre 1 heure et 1 heure 30 pour une séance. À savoir, que le tarif peut varier entre 50 et 80 euros

Tout comme la majorité des thérapies issues de la médecine douce : la Naturopathie n’est pas remboursée par l’Assurance Maladie. Néanmoins, il existe de plus en plus d’organismes complémentaires qui proposent sous forme de contrat avec option des remboursements concernant des thérapies issues de la médecine douce. Il est donc possible d’obtenir une prise en charge sur une partie voire l’intégralité des honoraires du naturopathe. 

 

Retrouver notre article sur annuaire de naturopathe, si vous êtes intéressés par cette pratique, ou si vous souhaitez chercher un praticien référencé. 

Découvrez les stages et formations en Naturopathie

Un peu d’histoire autour de la Naturopathie

La Naturopathie prend naissance dans le courant des hygiénistes. Ce dernier est né aux États-Unis à la fin du XIXème siècle. Les théoriciens de cette pensée se basaient sur la théorie d’Hippocrate concernant l’altération des humeurs et des tempéraments. 

Le XIXème siècle est connu pour sa société malade, c’était une période où la tuberculose, les épidémies de Pestes et de choléras faisaient des ravages. 

Les hygiénistes ont bouleversé la médecine traditionnelle, celle que l’on connaît et que l’on utilise majoritairement aujourd’hui. En effet, ils sont partis du constat que tout est régi par des Lois Naturelles. C’est une grande révolution à cette période-là car jusqu’à ce courant de pensée, la médecine était utilisée dans le but de traiter les symptômes uniquement. Contrairement aux hygiénistes qui s’appuyaient sur la cause des symptômes pour guérir. 

Parmi les théoriciens de ce courant de pensée, l’Allemand Benedict Lust, médecin ostéopathe et chiropraticien, fonde officiellement la Naturothérapie. Il crée en 1902 à New York la première école de naturothérapie où on y trouve des enseignements en matière d’hydrothérapie, d’herboristerie, physiothérapie, physiologie, la nutrition ou encore la psychologie, et bien d’autres méthodes thérapeutiques… 

Au début du XXème, le développement d’écoles de médecine naturopathique connaissent un essor. Tout comme en Occident, la médecine axée davantage sur les interventions chirurgicales ou sur l’utilisation de médicaments qui font fermer une grande partie des écoles de la Naturopathie. 

Néanmoins, en 1970 un rebond de cette pratique est observé. C’est en 1983, que la Naturopathie est pour la première fois recommandée et intégrée aux services de santé publics par une organisation officielle : l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Les derniers articles sur la Naturopathie

Découvrir d'autres articles